La pauvreté aussi est sexiste !

03>25.03

Si la pauvreté peut toucher tout le monde, on constate cependant que les femmes risquent davantage de tomber dans la précarité que leurs homologues masculins. La crise n’a d’ailleurs fait qu’aggraver ce phénomène.

La société dans laquelle nous vivons est structurellement sexiste, résultat de siècles de discriminations envers les femmes, qu’elles soient prescrites par les religions, entérinées par les législations et soutenues par une culture patriarcale. La pauvreté n’échappe pas à ce biais sexiste : le cumul des discriminations au cours de la vie des femmes contribue à leur appauvrissement, mais aussi à la détérioration de leur santé physique (pénibilité des tâches, report de soins, etc.) et psychique (mésestime de soi, isolement, etc.).

Sexisme structurel : inégalités et stéréotypes

Pourquoi les femmes se retrouvent-elles généralement plus pauvres que les hommes ? L’après séparation ou divorce est un élément déterminant car, dans 80 % des cas, ce sont elles les cheffes des familles monoparentales. La moitié de ces femmes doivent se débrouiller sans aucune contribution pour les enfants, ce qui engendre un taux de pauvreté de 42,6 % pour ces femmes et leurs enfants. Quand une contribution alimentaire est versée, le risque de pauvreté est encore de 22,8 %, parce que les frais de relogement, le rachat de meubles et tous les autres coûts tels les moyens de transport leur incombent. En résumé, 46 % des familles monoparentales ont des revenus qui se situent en dessous du seuil de pauvreté.

L’exposition sera visible pendant les permanences FDMars du mardi au samedi de 10h à 18h

Prix

Gratuit

Lieu

Femmes de Mars
Passage de la Bourse 12 - 6000 Charleroi

Catégories

Events