Les violences sexuelles comme armes de guerre dans les conflits. Stop à l’impunité?

Organisateur.trice.s

CRIC

Prix Sakharov 2014, le docteur Mukwege est internationalement connu comme l’homme qui répare ces milliers de femmes, violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République Démocratique du Congo, un pays parmi les plus pauvres de la planète, mais au sous-sol extrêmement riche. Sa lutte incessante, pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables, dérange. Il est l’objet d’une nouvelle tentative d’assassinat, auquel il échappe miraculeusement. Menacé de mort, ce médecin au destin exceptionnel vit dorénavant cloîtrer dans son hôpital de Bukavu, sous la protection des Casques bleus. Mais il n’est plus seul à lutter. A ses côtés, ces femmes auxquelles il a rendu leur intégrité physique et leur dignité, devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix, assoiffées de justice
« Le viol est une arme de guerre dans les conflits. Il constitue un crime de guerre mais est encore trop souvent considéré comme moins important que les autres. Pourtant il est endémique, ses ravages sont multiples et passés sous silence. La justice pénale internationale a tendance à se focaliser sur les morts, mais la guerre laisse de nombreux survivants derrière elle ; des survivants dont la vie a basculé et qui ont droit à la justice, à réparation pour se réapproprier cette vie violée. Comment peut-on rester indifférent au fait que notre corps soit devenu un véritable champ de bataille ?
Comment mettre fin à ce silence et ce tabou ?
(Extrait de Céline Bardet, Fondatrice et Présidente de We are not Weapons Of War) »

Attention, places limitées!

Prix

Gratuit

Infos & Inscriptions

071 20 98 60

Lieu

CRIC
23 Rue Hanoteau 6060 Gilly
consequat. vel, quis amet, nec Phasellus Nullam quis,