Sans égalité, pas de ville durable

28.03 - 19h

Organisateur.trice.s

Charleroi-Academy

Au moment où se met en place un consensus sur la ville durable, on est pris d’un doute. Cette ville verte, post carbone, sans voiture, cette ville où l’on peut flâner, faire des rencontres, se déplacer à pied ou en vélo, faire du sport, est-ce que tout le monde pourra en profiter ?

La question, qui reste généralement sans réponse, suscite en retour des propos culpabilisateurs, voire anxiogènes. Comment peut-on critiquer la ville durable alors que le monde est menacé par une catastrophe climatique ? Quid de l’épuisement des énergies fossiles ? De la pollution aux microparticules, qui tue prématurément des milliers de personnes chaque année ? Comment cautionner l’enfer des embouteillages, le remplacement des espaces verts par des parkings ?

En France et dans le monde, de nombreux travaux ont montré les inégalités d’accès aux villes françaises pour les femmes, quels que soit leur âge, leur situation familiale, leur classe sociale ou leur origine. On peut légitimement craindre que la ville durable de demain ne fera que les accentuer. La reproduction des inégalités femmes hommes se réalise en outre sous une apparence démocratique qui reste crédible tant que ne sont pas questionnés les processus de construction de la ville sous l’angle du genre, ce que nous avons appelé « la ville faite par et pour les hommes ». Faute de quoi les nouvelles pratiques de la ville durable pourraient bien n’être que les nouveaux habits de la domination masculine.

Yves Raibaud est géographe, Université Bordeaux Montaigne, Passages/Cnrs (France). Ses travaux portent sur le genre et la ville, les cultures urbaines comme cultures masculines, la mixité dans les loisirs des jeunes. Il est membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes. Son intervention se basera sur des études menées depuis 2013 à Bordeaux Métropole.

Lieu

Eden
1-3 Boulevard Jacques Bertrand 6000 Charleroi
Praesent ut eleifend ut nec amet,